Bienvenue chez CENTURY 21 Etude Saint-Seurin, Agence immobilière BORDEAUX 33000

Nos rues ont une histoire : la place des Martyrs de la Résistance à Bordeaux

Publiée le 08/12/2015

 

Une place qui n’en est pas une

Au cœur de la vieille ville de Bordeaux, connue des Bordelais notamment pour son marché de producteurs, la place des Martyrs de la Résistance offre la particularité d’être une rue double qui borde la pointe que constitue le jardin Saint-Seurin. Longue de 400 mètres environ, elle commence au croisement de la rue Judaïque et se poursuit vers la rue Rodrigues Péreire (précurseur de l’enseignement aux sourds-muets) au niveau de la basilique Saint-Seurin d’une part et vers la place du Pradeau d’autre part. Une voie à ne pas confondre avec la petite place des Martyrs de la Résistance qui se trouve dans le quartier Caudéran, près de l’église Saint-Amand.

 

Un hommage aux défenseurs de la France Libre

Si le terme martyr était réservé jusqu’au XVIIe siècle à ceux qui avaient souffert les pires tourments pour attester la vérité de la religion chrétienne, il s’appliqua par la suite plus largement aux sacrifiés pour une cause. Un vocable emprunté au grec via le latin, qui signifie « témoin ». Et cette place bordelaise rend hommage aux 77 615 résistants tués, fusillés, morts sous la torture ou en déportation et aux milliers de disparus qui combattirent pour la France Libre. Bordeaux qui joua un rôle considérable pendant cette période, en accueillant les réfugiés de l’exode puis en devenant la capitale provisoire de la France avant d’être à son tour conquise par les Nazis.

 

 Le saviez-vous ?

Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux 48 ans durant, reste un symbole de cette résistance bordelaise, tout comme les 257 fusillés du camp militaire de Souge, au nord de Bordeaux, entre 1941 et 1944, victimes innocentes des Nazis.

La basilique Saint-Seurin fut construite hors les murs de la ville et dédiée à Severinus, possible évêque de Bordeaux au IVe siècle dont l’hagiographie posthume a contribué à la gloire. Autant dire que les origines de l’édifice sont à peu près aussi mystérieuses que celles du saint auquel il est dédié.

 

Les chiffres de l’immobilier* -  Quartier de la place des Martyrs de la Résistance à Bordeaux (33000)

Logements sociaux : 2 %

Propriétaires : 31 %

Logements vacants : 10 %

Logements inférieurs à 40 m² : 29 %

Age moyen de la population : 39 ans

Enfants/adolescents : 19 %

Retraités : 16 %

Cadres : 66 %

 

Source : kelquartier.com